L’éjaculation partie 2 : au masculin

Autant l’article sur l’éjaculation féminine peut éveiller la curiosité de certain(e)s puisque le phénomène reste encore aujourd’hui assez mal connu, mais qu’y a-t-il sur l’éjaculation (masculine) que l’on ne connaisse pas déjà?
Alors qu’au Moyen Âge on pensait que l’homme avait une quantité limitée de sperme, il fallait éjaculer avec modération, aujourd’hui c’est open bar! Ça nous aiderait à vivre mieux et plus longtemps.
Sur Internet vous trouverez beaucoup d’articles au titre « Tout savoir sur l’éjaculation », seulement la réalité est beaucoup plus complexe que ça et les phénomènes plus différents les uns que les autres.
Nous associons presque systématiquement l’éjaculation à l’orgasme, tout comme l’érection à l’éjaculation.
La relation entre érection, éjaculation et orgasme n’est finalement pas si évidente et amène parfois à des situations surprenantes, inattendues, voire insolites !

Ménage à trois : érection, éjaculation et orgasme

Dans la majorité des cas, quand il n’y a aucun problème physique ni psychologique ou volonté de retenir l’éjaculation, tout le monde est au rendez-vous, l’érection, l’éjaculation et l’orgasme.
C’est ce qui correspond à notre conception « intuitive » de l’éjaculation.
On a tendance à penser que les hommes sont plus simples. Qu’ils sont majoritairement visuels et mécaniques.
Pourtant comme pour les femmes l’organe sexuel le plus puissant c’est le cerveau C’est lui qui fait naître l’excitation, qui provoque une érection, menant ensuite à l’orgasme et l’éjaculation.
On va surtout parler de l’éjaculation sans  trop s’attarder sur l’orgasme parce qu’il y aurait trop de choses à dire. L’orgasme mérite un article à lui tout seul, qui arrivera bientôt d’ailleurs…
Pareil pour l’éjaculation précoce, le pourquoi du comment et les conseils pour mieux le vivre seront abordés dans un article futur.

Par soucis de clarté et compréhension revenons quelques définitions importantes :

  • Orgasme : augmentation du rythme cardiaque et contractions rythmées des muscles du périnée (et du vagin pour les femmes), accompagné d’une libération importante d’hormones du plaisir dont l’ocytocine et la prolactine.
  • Éjaculation : expulsion du sperme en dehors du corps via les canaux déférents par contractions des muscles pelviens (périnée), de la prostate et de l’urètre.

  • Érection : gonflement et durcissement du pénis suite à l’engorgement des « corps caverneux » avec l’afflux sanguin.

Cet article à été rédigé grâce à différents témoignages de personnes contactées directement via Twitter, ainsi que de témoignages présents sur différents forums.
Un grand merci à tous ceux qui ont partagé avec nous leur expériences et consacré du temps à nous répondre.
L’article n’a pas la prétention d’énumérer et détailler tous les cas qui existent, mais d’en couvrir le plus grand nombre. Ce n’est pas non plus un recueil de diagnostics médicaux et psychologiques, seul un professionnel de la santé pourra vous aider à vraiment résoudre d’éventuels problèmes. Si vous souhaitez contribuer je vous invite à commenter directement dans l’article en bas de la page, nous contacter via la page « Contact » ou via notre compte Twitter.

homme testicules

Éjaculer sans érection

Comment est-ce possible vous vous demandez ? C’est vrai que c’est assez étonnant mais tout à fait possible et ce n’est pas dû à un trouble d’ordre physique.

De plus je souhaite souligner, que l’absence d’érection ne signifie pas absence de désir. Bien souvent les partenaires se posent la question « je ne lui plais plus ? » ou « je m’y prends mal ? ». Dans la majorité des cas le désir est bien présent mais un facteur psychologique perturbe l’érection. Si la situation reste exceptionnelle, il n’y a pas de quoi s’inquiéter, dans le cas contraire la meilleure chose à faire c’est d’aborder ça de manière décontractée avec lui pour essayer de trouver ce qui lui pose problème.

Le terme utilisé n’est pas des plus flatteurs mais « l’éjaculation molle » ou « éjaculation verge molle » fait référence, comme son nom l’indique, au fait d’éjaculer sans avoir une érection solide. Dans quels cas cela se produit ?
Quand l’excitation monte plus vite que l’érection par exemple. Lors d’une éjaculation prématurée ou précoce, l’homme peut être surpris par la montée rapide de l’éjaculation.
C’est aussi possible lorsqu’un facteur psychologique vient perturber l’érection, stress lié au manque de confiance entre autres. Ou encore si l’homme est impressionné ou trop ému, il se peut qu’il ait du mal à garder son érection mais que la stimulation mécanique du pénis provoque l’éjaculation.
En dernier les hommes passés un certain âge et condition physique peuvent avoir du mal à avoir ou garder leur érection. Mais là encore il se peut que l’excitation en plus d’une stimulation mécanique du pénis puisse provoquer l’éjaculation.

Puis il y a la stimulation de la prostate. De manière directe par l’anus ou de manière indirecte en appuyant sur la zone érogène du périnée (entre les testicules et l’anus).
Cette stimulation peut procurer un « orgasme prostatique » accompagné ou non d’une éjaculation.
Orgasme qui soit dit en passant n’est pas réservé qu’aux gays et bisexuels.
S’il n’y a pas de stimulation directe du pénis, il est possible de ne pas avoir d’érection ou alors un début d’érection mais que l’éjaculation se produise quand même.
Cela ne change en rien au plaisir ressenti ni à la puissance de l’orgasme d’avoir une érection (dure) ou pas.

Avoir un orgasme sans éjaculation

1) Cause physique

On parle d’anéjaculation lorsqu’il n’y a pas d’éjaculation ou même  d’éjaculation rétrograde lorsque le sperme est envoyé dans la vessie au lieu d’être expulsé par le pénis. Même si souvent, il n’y a pas d’orgasme lorsqu’il n’y a pas d’éjaculation, contrairement à ce qu’on pourrait croire, dans certains cas, un homme peut avoir un orgasme sans éjaculer.

L’éjaculation réteograde est due à un dysfonctionnement du sphincter de la vessie, la petite membrane qui empêche au sperme de rentrer dans la vessie lors de l’éjaculation.
Ces cas sont relativement rares. Ils ont pour origine une malformation congénitale, les conséquences d’une opération chirurgicale au niveau de la prostate ou de la vessie, certains cas de diabète avec des complications neurologiques.
Le problème peut être d’ordre neurologique puisque ça empêcherait le bon fonctionnement du sphincter de la vessie.
Une autre cause d’orgasme sans éjaculation est la prise de certains médicaments comme les antidépresseurs. Dans ce cas là, il est possible d’avoir des orgasmes sans éjaculation même s’il est possible aussi que l’orgasme soit également absent dans certains cas.
Si vous avez le moindre doute n’hésitez pas à consulter votre médecin ou urologue.

2) Tout est dans la tête

Notre mental a une réelle influence sur notre corps, et la sexualité qui est particulièrement sensible à notre état psychologique peut varier considérablement.
L’anéjaculation peut prendre différentes proportions et formes. Des blocages peuvent empêcher l’éjaculation. Si, dans beaucoup de cas, l’orgasme est bloqué aussi, il existe des cas où l’homme arrive malgré tout à atteindre l’orgasme mais où l’éjaculation reste bloquée.
Selon les cas, l’homme peut arriver à éjaculer en se masturbant seul mais pas avec une partenaire, ou alors pas du tout. Suivant son éducation et son image de la sexualité le blocage peut être plus ou moins sévère.
Si l’influence de la culture, de la religion ou d’autres mœurs peuvent en être l’origine, ce ne sont pas les seules raisons.
Des blocages comme la peur de devenir père peuvent empêcher un homme d’éjaculer. Tout comme le fait d’être trop dans le contrôle et ne pas arriver à se « donner » à l’autre.

De même que pour l’aspect médical, le mieux c’est de consulter un médecin ou un psychologue pour traiter un problème.

3) Contrôle de soi ou l’art de l’injaculation

saint-198958_1280

Voilà un mot que l’on n’entend pas souvent : l’injaculation.

C’est une des pratiques issues du taoïsme et du tantrisme.
Elle consiste à contrôler / bloquer l’éjaculation afin de prolonger l’acte sexuel ou même avoir plusieurs orgasmes. PARDON ?
Bon d’accord, nous ne jouons pas vraiment dans la même cour que les femmes, appelons les « préorgasmes ».
Le principe de l’injaculation est simple en théorie, mais en réalité c’est plus beaucoup plus compliqué, je m’explique.
Le but est de s’approcher le plus possible du fameux « point de non-retour » de l’éjaculation mais sans l’atteindre. Le genre de moment qu’une simple expiration peut tout faire capoter (merci pour la blague). Le préorgasme a lieu normalement mais n’est pas accompagné de l’éjaculation, permettant ainsi de continuer le rapport, remettre ça, et pourquoi pas finir avec un orgasme « véritable » avec son nappage.

Comment bloquer l’éjaculation ? Ben avec son périnée bien sûr ! Certes il faut de l’entraînement et un périnée assez musclé. Ou alors l’aider un peu et appuyer dessus (entre les testicules et l’anus) avec un ou deux doigts afin d’éviter que l’éjaculation « réflexe » ne se produise. Pour « entraîner » son périnée c’est simple, pendant que vous urinez essayez d’arrêter puis relâchez.

Je tiens quand même à préciser que l’injaculation n’est pas une technique miracle, elle est pas facile à réaliser, ni quelque chose à utiliser à chaque rapport. Mais il n’y a rien de mal à essayer et d’éventuellement mieux connaître et maîtriser son éjaculation.

4) Quand on est « à sec »

Oui c’est bien ce que vous imaginez.
C’est quand, permettez moi l’expression, « l’homme a les couilles vides » !
On n’y pense pas forcément, mais c’est le cas le plus répandu d’orgasme sans éjaculation.
Alors non ce n’est pas littéralement les couilles qui sont vides puisque ce sont des glandes et pas de petits sacs remplis de sperme hein ?!

Éjaculation sans orgasme

Le premier cas est très simple, et même facile à reproduire !
C’est lorsque l’homme est déconcentré pile au moment où « ça monte ». C’est trop tard pour empêcher l’éjaculation « réflexe ». Mais l’orgasme qui est étroitement lié au cerveau et à l’état d’excitation s’envole en un instant.
Voilà comment se retrouver bredouille, ou plutôt brocouille comme le diraient « Les inconnus ».

« Pollution nocturne » ou encore « éjaculation nocturne » fait évidemment référence au fait d’éjaculer dans son sommeil. Oui, oui c’est possible mesdames !
Ça arrive surtout dans l’adolescence mais peut encore se produire à l’age adulte, surtout si ce dernier ne s’est pas « vidé » depuis un moment…
Le phénomène est souvent accompagné d’un rêve érotique, mais c’est dur à dire si c’est le rêve érotique qui déclenche l’éjaculation ou l’inverse. Il se peut aussi que l’homme ait un orgasme à ce moment mais pas systématiquement.

Éjaculation retardée

Un autre aspect qui peut avoir une grande influence sur l’éjaculation, c’est le conditionnement dû à une masturbation excessive ou à une surconsommation de pornographie (cf notre article sur le porno).
En revanche indépendamment de ces facteurs les hommes d’un certain âge peuvent aussi en être atteints.
On parle d’éjaculation retardée quand l’éjaculation met trop de temps pour venir, à tel point que cela peut devenir ennuyant ou même douloureux à cause du manque de lubrification causé par le prolongement de la pénétration. Dans ce cas il n’est pas rare que l’homme préfère abandonner et reste avec une certaine frustration.

Je ne parle pas de quand vous avez une fatigue passagère et que vous mettez plus de temps que d’habitude pour éjaculer par exemple.

Les mystères de l’éjaculation

Sans testicules

Oui même sans testicules, il est possible d’éjaculer. Le sperme est constitué des spermatozoïdes produits par les testicules, qui seront absents dans ce cas, et du liquide séminal qui est produit par la prostate, les vésicules séminales et les glandes de Cowper.
L’éjaculation est plus liquide et plus claire puisque les spermatozoïdes ne sont pas là pour « l’épaissir ».

C’est bon pour la santé

Une étude¹ publié l’European Urology met en évidence l’impact de l’éjaculation dans la prévention du cancer de la prostate. Elle a été menée sur près de 32 000 hommes, qui ont été suivis sur une période de 18 ans.
Le chiffre qui en ressort est 21. Soit le nombre d’éjaculations par mois pour réduire le risque de cancer de la prostate d’environ 22%.

Fun facts

Découvrez des faits et records insolites et étonnants sur l’éjaculation masculine avec notre infographie.

Références :

¹ Ejaculation Frequency and Risk of Prostate Cancer: Updated Results with an Additional Decade of Follow-up. European Urology. 29 Mars 2016

3 commentaires sur “L’éjaculation partie 2 : au masculin

Ajouter un commentaire

  1. Très bon article.
    Je souhaite juste préciser que l’éjaculation rétrograde et l’anéjaculation sont 2 choses distinctes.
    La 1ere le sperme est renvoyée vers la vessie et il peut y avoir orgasme, c’est un trouble physique comme vous l’avez expliqué, tandis que pour l’anéjaculation, il n’y a pas de renvoi vers la vessie et pas d’orgasme, c’est un blocage psychologique qui effectivement se produit généralement avec un ou une partenaire, mais pas forcément en masturbation seul, il n’y a pas de traitement chirurgical pour y remédier. Si cela pose un réel problème dans un couple, surtout si celui-ci souhaite un enfant, il faut se tourner vers une prise en charge thérapeutique.
    Cela dit, dans un couple qui ne souhaite pas procréer, l’anéjaculation est plutôt un avantage si les deux sont très gourmands sexuellement, car l’homme est très performant.

    1. Bonjour Vanyfraiz,
      Merci pour ton commentaire. Mais en réalité, aussi etonnant que cela puisse paraître, il existe bel et bien des cas l’anejaculation accompagnés d’un orgasme même si c’est rare.
      Par ailleurs, l’éjaculation retrograde peut être considéré comme un type l’anejaculation même si toutes les anejaculations ne sont pas liées à une éjaculation rétrograde 😉
      Mais merci du retour, si ça ne paraît pas clair, on va le clarifier sur l’article !

Laisser un commentaire

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :