On ne parle pas assez de sexualité !

Lors d’une soirée avec des collègues et amis, nous nous sommes risqués à poser une question : « Vous ne trouvez pas que de façon générale, on ne parle pas assez de sexe ? »
Tout de suite, tout le monde a réagi à la table. Une personne a dit, à juste titre « Le sexe est partout. On en parle tout le temps, même au boulot, la plupart des blagues sont à connotation sexuelle. »
Vrai. Le sexe est omniprésent. Mais en parle t-on vraiment ? Je rectifie alors la question « Je voulais dire, plutôt, vous ne trouvez pas que de façon générale, on ne parle pas assez de sexualité ? ».
Étonnement. Puis des réponses  :
« – Ben heureusement, c’est privé nous a t-on répondu
– Pourtant tout le monde ou presque est de près ou de loin concerné par la sexualité
– Oui mais de quelle sexualité on devrait parler ? De la mienne ? C’est intime. De celle des autres ? C’est leur vie privé. Je ne peux parler de ma sexualité qu’à une amie proche et encore.
– Je ne parlais pas nécessairement de parler de sexualité personnelle. Mais de la sexualité en général. De la place qu’elle a dans la vie, de ce qu’elle signifie.
– Et pourquoi ? … »

Devinez-quoi ? Le simple fait d’avoir lancé la question a initié une conversation sans fin ou chacun s’est mis à parler de sexualité. Très vite, tout le monde était dans le débat, avait un avis sur la question. Le sujet semblait tout d’un coup passionner tout le monde.

D’abord, qu’entend t-on par « sexualité » ? Je reprendrais ici une des définitions du CNRTL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, créé par le CNRS) :

« Sexualité [Chez l’être humain] : Ensemble des tendances et des activités qui, à travers le rapprochement des corps, l’union des sexes (généralement accompagnés d’un échange psycho-affectif), recherchent le plaisir charnel, l’accomplissement global de la personnalité »

Si l’on adopte cette définition de la sexualité, connaissez-vous beaucoup d’espace où discuter librement de sexualité ?

Pourquoi parler de sexualité est important ?

Parce que cela nous concerne tous. Que ne voulions ou non, nous sommes quasiment tous issus de la sexualité. La sexualité c’est la racine de la vie. Et que nous le voulions ou non, nous avons quasiment tous des désirs sexuels, conscients ou inconscients.
Pourtant nous ne comprenons pas forcément d’où viennent ces désirs et ne savons pas toujours comment les gérer. Y compris lorsque nous n’avons pas de sexualité, que ce soit par choix, par conviction ou non, notre corps nous appelle souvent avec des fantasmes, de l’attirance, de la curiosité.
Libre à chacun ensuite de décider de faire de ces réactions physiologiques et psychologiques ce qu’il souhaite, de les ignorer, de chercher à les assouvir le mieux possible, de les partager. Mais avant toute chose, il est important de les comprendre et de ne pas en avoir peur ou honte.
Parce que la peur ou la honte liée à une méconnaissance ou une incompréhension peut ensuite être synonyme de souffrance, de rejet, de complexes, d’angoisses.
Dans les cas les plus extrêmes, la frustration peut mener à des fléaux de société et c’est alors la responsabilité de toute la société de permettre à chacun de s’exprimer et trouver les réponses à ses questions. Un excellent article de France Culture Education sexuelle des enfants, il y a urgence énonce un constat alarmant :

« Dans un pays où un homme viole une femme toutes les 7 minutes et où deux tiers des victimes sont des mineures; où seulement 10% des femmes portent plainte et où seulement 10% des violeurs sont condamnés, l’éducation sexuelle et affective pourrait être considérée comme une priorité. »

Sans aller jusqu’à ces extrêmes, la question de la connaissance et compréhension de la sexualité concerne les individus de tous âges, sexes et milieux sociaux. En effet, une jeune femme ou un jeune homme pourront avoir des difficultés à appréhender leur sexualité du fait de leur jeune âge et leur manque d’expérience et d’informations. Mais un couple ouvert d’esprit, ensemble depuis de nombreuses années, avec une sexualité active peut aussi se retrouver face à des difficultés. Par exemple, la peur d’un fantasme inavoué à son partenaire, la peur de l’ennui, de la routine. Et sans espace de discussion, le couple peut en pâtir et l’épanouissement ne peut pas être plein.
Parler de sexualité c’est parler hormones, contraception, prévention mais pas seulement. C’est aussi parler désir, plaisir, fantasme, amour…

D’où l’importance de pouvoir trouver des espaces pour parler de sexualité afin de mieux la vivre et d’être enfin pleinement bien dans son corps, seul ou en couple.

Sexualité : quels espaces pour en discuter ?

Nous parlerons ici des espaces de discussion autour de la sexualité en France. Nous invitons nos amis francophones d’autres pays à commenter et réagir sur les espaces de discussion autour de la sexualité dans leurs pays.

Parler de sexualité en famille 

silhouette-1082129_1280.jpg

Parler de sexualité en famille, pas évident me direz-vous. Pourtant c’est souvent le premier espace où l’enfant ou le jeune adolescent va évoquer le sujet. Parfois simplement en posant la fatidique question qui met les parents dans une position délicate : « Comment fait-on les bébés ? ».
C’est aussi parfois Papa ou Maman (ou Tonton ou Tata par exemple) qui va évoquer à l’âge de la puberté la question des premiers rapports sexuels.
Simplement, cet échange n’est ni systématique, ni évident. En effet, lorsque le parent évoque la question, c’est en général pour parler contraception, IST, préservatifs. Quelques mots sont prononcés sur le désir, l’amour, les premières envies.
Mais ça va rarement plus loin et d’ailleurs je connais peu de jeunes qui aiment parler de ces sujets avec la famille et c’est naturel.
Dans d’autres cas, la sexualité est taboue dans le famille du jeune et alors, le sujet ne sera pas abordé, ou pire, la sexualité sera dénigrée et présentée comme mauvaise, sans plus d’explication.

On voit bien que la famille est peut être le premier cercle où le jeune va pouvoir parler sexualité mais c’est un espace souvent un peu limité. Il va devoir trouver un autre espace.

Parler de sexualité à l’école

1024px-Devise.jpg
By Jebulon CC BY SA 3.0

Une circulaire de 2003 en France énonce les objectif de l’éducation sexuelle dans les écoles :

« L’école a un rôle spécifique dans la construction individuelle et sociale des enfants et des adolescents. Il s’agit de leur donner les moyens de s’approprier progressivement les données essentielles de leur développement sexuel et affectif et leur permettre notamment de mieux analyser et appréhender les multiples messages médiatiques et sociaux qui les assaillent quotidiennement […] A cette fin, trois séances d’information et d’éducation à la sexualité doivent, au minimum, être organisées dans le courant de chaque année scolaire »

Dans les faits, c’est un peu différent. Si, certes, les cours de biologie expliquent aux élèves le système reproducteur féminin, masculin et que quelques sessions sont parfois organisées au collège avec des associations, le sujet est finalement assez peu abordé.
Ou alors, lorsque la sexualité est évoquée à l’école, c’est souvent d’un point de vue biologique, anatomique ou dans une logique de prévention (contraception, IST etc.) C’est très important et essentiel, mais à nos yeux pas suffisant.
La question du désir et du plaisir sexuel est rarement abordée, et lorsque c’est le cas c’est souvent de façon assez exceptionnelle lors d’une session où filles et garçons sont séparés et n’osent pas forcément parler devant leurs camarades.
Le premier manuel scolaire représentant entièrement et correctement le clitoris, seul organe du corps humain dont la fonction est destinée uniquement au plaisir de la femme date de 2017 (il n’y a même pas un an!!).
C’est dire si la sexualité évoquée avec une vision assez étroite au collège ou au lycée.

On peut se réjouir néanmoins de l’existence d’autres structure publiques destinées au jeunes pour évoquer la sexualité comme le fil santé jeune (nous invitons d’ailleurs nos plus jeunes lecteurs à aller consulter leur site et les appeler pour toute question) par exemple, sur lesquels beaucoup d’informations sur l’amour et la sexualité sont recensées et où il est possible de poser des questions anonymement.

Parler de sexualité avec ses ami(e)s

men-2425121_1280.jpg
On parle parfois souvent de sexe entre amis. Seulement, parle t-on vraiment de sexualité ? Pas sûr…
C’est souvent entre amis qu’on se fait des blagues graveleuse, et ça fait du bien d’en parler même sur le ton de l’humour. En revanche, lorsqu’il s’agit d’aborder des sujets de fond ou de donner des conseils ou poser des questions, ce n’est plus aussi évident.
La peur de se sentir jugé ou le manque de compréhension sur ce sujet fait qu’on a des difficultés à se confier parfois même à des amis intimes.
Certaines femmes ont d’ailleurs souvent tendance à se raconter plus de choses sur leur vie sexuelle et parfois même à se prodiguer des conseils. Cependant, il peut rester difficile de confier ses interrogations, ses fantasmes cachés ou ses difficultés à nos proches. Il est extrêmement difficile pour un homme de parler de sa précocité ou de ses pannes sexuelles à un autre ami, aussi proche soit-il.
Par ailleurs, les amis ne sont pas forcément toujours plus informés que nous. Avoir quelques amis intimes à qui on peut s’adresser est très important mais c’est rare et ce n’est pas forcément suffisant.

L’art et la sexualité :

L'origine du monde, Gustave Courbet

Nous avons jugé important d’évoquer l’art pour parler sexualité. Par art, nous entendons toute forme d’expression artistique. Peinture, dessin, cinéma, photographie, théâtre, littérature, musique…
L’art a cette capacité d’amener chacun à ressentir et s’interroger sur des problématiques personnelles. Il n’a pas de frontière et chacun peut être touché par une oeuvre d’art. Cela peut ouvrir des portes, y compris dans le domaine de la sexualité.
Pourquoi des films érotico-romantiques parlant de sado-masochisme soft ont-ils tant de succès ? Peut-être car c’est une façon indirecte de se confronter à ses propre fantasmes, questionnements.
La littérature érotique permet elle aussi par exemple de développer son imagination et de comprendre, à travers les personnages, une part de soi.
Certains arts permettent d’aller encore plus loin. Nous sommes récemment allés voir à Nice deux pièces de théâtre parlant de la sexualité avec humour et de façon interactive. Jamais le premier soir et J’ai flashé sur elle.
Dans ces deux pièces, une histoire autour de la sexualité étaient mise en scène et les comédiens interagissaient avec le public sur divers aspects de la sexualité.

Les média et la sexualité:

internet-3142312_1280
Le rapport des médias à la sexualité est ambigu. Le sexe est omniprésent sur quasiment tous les média. A la télé, nous voyons du sexe partout, entendons aussi beaucoup de blagues. Sur internet, n’en parlons pas. Impossible de naviguer sans voir apparaître d’un moment à l’autre une pub pour du Viagra ou des femmes nues, d’ailleurs n’hésitez pas à aller mater notre article Génération Porno.
Pourtant, la sexualité en tant que telle et dans sa dimension globale est rarement évoquée. L’importance du sexe dans les média vient au contraire souvent causer plus de complexes et d’incompréhensions. En montrant sans cesse ce que doit être une femme attirante ou un homme viril par exemple, le sexe prend une grande importance sans même être compris et appréhendé sereinement.

Pourtant, heureusement, des initiatives existent. Il y a des espaces de discussions ouverts qui apparaissent peu à peu. Sur certains forums de médecine ou de psychologie par exemple.
A la télé, des émissions comme Je t’aime, etc. consacrées uniquement à l’amour sous toutes ses formes peuvent aborder la sexualité et répondre aux questions des spectateurs avec des spécialistes ainsi que des acteurs de la société civile française.

Et depuis peu, sur internet, il existe un blog :

Le jardin d’Éros et la sexualité :

cropped-symbole_icon

Alors, on ne parle pas assez de sexualité ?
Le jardin d’Éros vous offre un espace consacré à 100% à la sexualité de façon sérieuse et décontractée à la fois. C’est aussi un espace de découverte de ce qui se raconte ailleurs, justement dans les média, l’art ou la société.
On s’y informe, on cherche à comprendre, mais on trouve aussi des conseils, des astuces et des inspirations, en toute intimité.
On peut y poser des questions et interagir sur les articles.
Tous les commentaires (respectueux) seront les bienvenus.
Pour parler ensemble et #LibérerLaSexualité.

 

2 commentaires sur “On ne parle pas assez de sexualité !

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :