Comment atteindre l’orgasme ? Partie 1

L’orgasme c’est pour beaucoup le saint Graal de la sexualité, la finalité de la relation sexuelle. Il est difficile de parler de sexe sans jamais évoquer l’orgasme et les questions qui l’accompagnent.
Comment l’atteindre ? Comment le donner ? Quelle fréquence ? Quel type ?
Nous avons tous, enfin je pense, envie de le vivre, de le sentir et de le donner.
Alors comment faire ? Par où commencer ?

Conseil n°1 pour atteindre l’orgasme

signs-3479398_1280

Arrêtez de croire aux solutions miracles, ça n’existe pas !
Stop aux articles avec des titres « putes à clic » du type « Comment devenir un pro de l’orgasme » qui prétendent détenir les secrets de l’orgasme absolu…
Nous pouvons être tentés de croire qu’il y a des techniques « miracles », une façon de faire universelle. Mais chaque personne est unique.
Elle apprécie et aborde la sexualité à sa propre façon. Ce qui peut bien plaire à une personne, peut en rebuter une autre et vice versa.
Personne ne peut prétendre tout connaître sur la sexualité et encore moins affirmer qu’une même chose plaise à tout le monde. C’est ce qui en fait aussi la beauté d’ailleurs…

Il suffit d’avoir eu des relations intimes avec plus d’une personne pour s’apercevoir que le plaisir et l’orgasme sont ressentis et vécus de façons différentes et uniques selon les personnes.
Mieux encore, pour une même personne le ressenti du plaisir et de l’orgasme évolue inévitablement avec le temps et l’expérience. Les scientifiques appellent ça l’empreinte orgasmique.
Allez trouver une méthode « miracle » avec tout ça…

Notre propre expérience et les recherches que nous avons menés pour écrire cet article nous ont permis toutefois de faire certains constats.

Connaître son corps pour atteindre l’orgasme

girl-97433_1280.jpg

« Connais-toi toi-même. »

Socrate.

Socrate lui-même l’avait dit à l’époque de la Grèce antique, et aujourd’hui en 2018 c’est toujours un des meilleurs conseils que l’on puisse donner à quelqu’un pour atteindre l’orgasme. Bon d’accord, Socrate ne parlait pas explicitement de l’orgasme, mais ces paroles s’appliquent très bien au contexte.

Bien connaître son corps et ses sensations est essentiel parce que ça nous dit ce qui « marche » pour nous et ce qui ne « marche pas ».
Comment apprécier une relation intime si on ne sait pas ce qu’on aime ?
C’est un peu comme les goûts culinaires, on se fait une idée de ce qu’on aime ou pas parce qu’on a goûté à différents plats. Ensuite on sait lesquels nous font saliver…
Pour le sexe c’est un peu pareil, en explorant son corps, on se forge une « personnalité sexuelle ».

Dans l’ordre « normal » des choses on découvre son corps tout seul dans un premier temps, puis on l’explore avec quelqu’un. C’est en connaissant son corps qu’on peut guider et accompagner l’autre pour nous donner du plaisir.
Oui mais si l’autre ne s’y prend pas bien ?
Eh ben ça ne vous empêche pas d’aller à la recherche des sensations qui vous plaisent. Il ne faut pas rester passif à attendre que le hasard vous fasse jouir.
Parler avec son partenaire, lui dire ce qu’on aime est généralement une bonne façon de s’y prendre. Sinon prendre les choses en main.
Changer pour une position dans laquelle on a plus de contrôle sur ses sensations, guider son partenaire avec des gestes ou des gémissements…
Bref vous l’aurez compris, l’idée est de s’exprimer et se faire plaisir avec son partenaire.

Par où commencer ? Comment découvrir son corps tout seul ? La plupart d’entre nous ont commencé à découvrir leur corps très jeune, voire dans l’enfance, en se caressant « innocemment » et en constatant simplement et naïvement que certaines zones donnaient du plaisir. Eh bien, continuez à vous caresser innocemment et sans tabou.
Acceptez aussi que votre partenaire se masturbe. Vous pouvez utiliser des sextoys ou crèmes spéciales, comme la crème chaud/froid, pour stimuler différentes zones érogènes. N’hésitez pas d’ailleurs à vous rendre dans un love shop, ils sauront vous conseiller.
Nous consacrerons à l’avenir sur un petit article sur masturbation.
La règle étant toujours la même : tester, explorer.

Une multitude d’orgasmes et de zones érogènes

En découvrant son corps, on peut vite constater que beaucoup de zones sont sources de plaisir et peuvent mener à l’orgasme.

Pour les femmes, on entend souvent parler d’orgasme clitoridien vs orgasme vaginal. Il y a d’ailleurs toujours cette croyance que certaines femmes seraient clitoridiennes, d’autres vaginales. Les premières atteindraient l’orgasme par stimulation directe du clitoris alors que les vaginales auraient besoin d’une pénétration pour atteindre l’orgasme. Un grand docteur et père de la psychanalyse a affirmé un jour que l’orgasme clitoridien était un orgasme « infantile ». Plaisir des femmes « immatures » psychologiquement et physiquement, voire déviantes. Et que le vrai orgasme c’était l’orgasme vaginal.
C’est faux. On voit d’où vient ce faux débat entre l’orgasme clitoridien et vaginal.
Heureusement pour nous, Freud n’était pas sexologue…

En réalité, il a été montré que l’orgasme vaginal résulte souvent d’une stimulation interne du clitoris : pour ceux qui ne le savent pas encore, le petit « bouton » que l’on voit n’est que la face émergée du clitoris, appelée « gland du clitoris ». Le clitoris en entier mesure en moyenne 11cm. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le clitoris, n’hésitez pas à visiter le site clit’info d’Odile Fillod qui vous expliquera (presque) tout.
Toutes les femmes ayant un clitoris, toutes les femmes peuvent potentiellement et à condition de bien connaître leur corps, atteindre l’orgasme par les caresses du gland du clitoris ET la pénétration vaginale.
Sans oublier l’orgasme pouvant être lié à la pénétration anale, femmes et hommes compris. Oui, certaines femmes déclarent avoir des orgasmes grâce à la sodomie, c’est notamment possible puisque que le pénis stimule (de manière indirecte donc) les zones sensibles du vagin.
L’anus est une zone particulièrement érogène du fait de ses nombreux vaisseaux et terminaisons nerveuses ainsi que de sa sensibilité.
Si on ajoute à cela la stimulation des glandes de Skene, équivalent de la prostate pour la femme et responsable en partie de l’éjaculation féminine

Pour les hommes, on parlera souvent d’orgasme lié à une stimulation du pénis et du gland le plus souvent associé à la masturbation ou à la pénétration. Cet orgasme s’accompagne souvent d’éjaculation, même si ce n’est pas toujours le cas. Certains parleront aussi de l’orgasme prostatique, un peu moins connu, qui résulte d’un orgasme lié à une stimulation de la prostate généralement via une pénétration anale. Et contrairement à ce que l’on peut croire, l’orgasme prostatique n’est pas forcément réservé aux homosexuels. Les hommes hétéros peuvent aussi apprécier ce type d’orgasme lié à une stimulation anale. Cela peut se faire en couple ou en solo (ou à plus si vous le souhaitez hein 😉 ) par stimulation digitale ou encore à l’aide de sextoys spécifiques. Je vous invite si vous voulez en savoir plus ce sur type d’orgasme à consulter l’excellent Traité d’Aneros par notre ami de Nouveaux Plaisirs.

Nous venons de citer ici différents types d’orgasmes. Nous en oublions probablement. Il n’y a pas de hiérarchie entre les types d’orgasmes, il s’agit de nombreux plaisirs à aller explorer et vivre sans jugement. Et bien qu’il y ait une grande quantité de zones à stimuler pour obtenir un orgasme, on oublie souvent que la zone principale à stimuler, c’est le cerveau.

Le premier organe de l’orgasme : le cerveau

« Je l’ai rêvée si fort, que les draps s’en souviennent », comme le disait la chanson… Le fait que beaucoup de personnes aient pu avoir un orgasme rien qu’en faisant un rêve érotique (sans stimulation physique à proprement parler) démontre bien à quel point le cerveau joue un rôle important dans l’orgasme.

Tout commence dans le cerveau si on y pense bien. Rien que le fait d’être attiré par une personne, le fait de fantasmer, d’être excité sexuellement c’est grâce aux connexions qui ont lieu dans notre cerveau. Il n’y a pas de contact physique encore pourtant on ressent déjà du plaisir, et notre corps réagit en conséquence. L’afflux sanguin se met « comme par magie » en route vers les parties génitales, les hormones nous mettent dans un état second, ça y est on est pris de désir.
Que ce soit par l’imagination et la rêverie ou bien par stimulation, au final, les messages sont envoyés au cerveau, qui est au centre du plaisir et du désir.

Il y a, bien sûr, des astuces, techniques et des façons de se caresser qui aident à provoquer les orgasmes. Mais beaucoup de choses se jouent dans la tête. L’orgasme est donc peut-être une preuve fascinante du lien entre le corps, le cerveau, le cœur, l’esprit voire la conscience dans une approche holistique de sexualité sacrée. Apprendre à atteindre l’orgasme, c’est travailler sur toutes ces dimensions-là. Et les orgasmes peuvent survenir suite à la stimulation d’une ou plusieurs de ces dimensions.

Decouvrez dans la deuxième partie de cet article comment jouer sur ces dimensions

Un commentaire sur “Comment atteindre l’orgasme ? Partie 1

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :