D’où vient le candaulisme ? Comment repenser notre rapport à la jalousie ? Quelles sont les différentes facettes du candaulisme ? Comment réaliser ses fantasmes candaulistes ? Comment en parler au sein du couple ?  Comment trouver le bon amant ?

C’est à ces questions, entre autres, que répond Ève de Candaulie dans son nouveau livre « Osez le candaulisme », sorti le 17 janvier dernier aux éditions La Musardine.
Sans tabou, la sulfureuse blogueuse naturiste et libertine nous livre les clés du candaulisme dans un livre accessible et facile à lire, plein de témoignages, de recherches et d’anecdotes.
Nous qui avions déjà écrit un article sur le candaulisme ici (à lire pour ceux qui ignorent ce qu’est le candaulisme), avons eu beaucoup de plaisir à lire le livre Osez le candaulisme et espérons vous donner envie de le découvrir également.

Ève de Candaulie, nous fait l’honneur et le plaisir de répondre aux questions du jardin d’Éros afin de nous présenter son livre et sa vision du candaulisme.
Nous la remercions chaleureusement.

« Osez le Candaulisme », interview d’Ève de Candaulie

Le jardin d’Eros : un livre sur le candaulisme quand on se surnomme Ève de Candaulie, c’est finalement assez logique… Peux-tu justement nous en dire un peu plus sur ton nom d’autrice et de blogueuse ?

Ève : J’ai découvert l’univers du libertinage au travers du prisme du candaulisme grâce à mon mari, qui est donc candauliste. Et lorsque j’ai eu terminé d’écrire mon premier roman, je me suis cherché un nom d’autrice et un titre à ce livre (que l’on trouve en ligne sous le titre « Mon mari est un homme formidable »). Le titre original était « Les citadins solaires » (grosse confidence). Et le premier nom d’autrice qui m’est venu en tête et qui faisait marrer mon mari était « Barbara Hardland » (en référence à Barbara Cartland, une romancière américaine ultra connue pour ses romans à l’eau de rose, pour ce qui n’ont pas connu le XXème siècle). Et puis, plus sérieusement j’ai flashé sur l’idée d’être Ève, cette femme qui vient d’une contrée lointaine, nommée « Candaulie », et qui parcourt librement la carte du tendre. Je me prénomme donc Ève et je viens de Candaulie.

Le jardin d’Éros : Tu écris déjà à travers ton blog (ici) des articles sur la sexualité en général et des récits érotiques. Pourquoi ce livre maintenant ? Quel message souhaites-tu adresser et à qui ?

Ève : Ce livre est une commande de la maison d’édition La Musardine. La collection Osez fêtera ses 15 ans l’année prochaine. Je trouvais cela super motivant de faire découvrir un art de vivre qui est mon quotidien depuis 15 ans justement. C’est facile de parler de candaulisme pour moi parce que je vis avec un mari candauliste qui souhaite avant tout mon bonheur (gros challenge, c’est beau de vouloir cela pour les gens que l’on aime). Et puis, cela m’a permis de recueillir des témoignages super chauds auprès d’hommes et de femmes qui expliquent pourquoi le candaulisme a été une évidence pour eux, le chemin qu’ils ont parcouru, les tabous qu’ils ont su dépasser, les facteurs clés de leur réussite dans cette pratique.

Le jardin d’Éros : On entend parler de plus en plus du candaulisme, le nombre de recherches sur le candaulisme a d’ailleurs explosé ces 10 dernières années. Ton livre semble sortir au bon moment. Comment expliques-tu qu’on s’y intéresse et qu’on en parle de plus en plus facilement ?

Ève : Le boum du libertinage et du candaulisme est en grande partie lié au virage numérique. C’est plus facile de rechercher des partenaires pour des jeux sexuels, sensuels, intimes grâce à l’abondance de site de rencontre comme Wyylde, ou de forums candaulistes français ou même internationaux avec une section francophone (une liste assez fournie est disponible en pages 85-86 d’Osez le candaulisme).

Le jardin d’Éros : Comment t’y es-tu prise pour rédiger un livre aussi riche sur le candaulisme au-delà de ta propre expérience personnelle avec ton mari ?

Ève : Quand j’écris pour mon blog sur des sujets artistiques, j’aime beaucoup faire un travail journalistique : enquêter, lire des sources dans d’autres langues pour comprendre d’autres approches de la thématique, faire des recoupements d’informations pour faire revivre des personnages du passé (comme le fait Michel Onfray par exemple, ce qui me fascine). Par ailleurs, j’ai longtemps fait partie de l’association des Chahuteuses (pour une sexualité joyeuse) qui m’a permis d’ouvrir mes horizons, de raisonner au-delà des genres, des orientations sexuelles, des étiquettes que l’on veut coller à tout ce qui nous entoure pour mieux l’appréhender. Du coup, dans Osez le candaulisme, je décris le candaulisme comme un fantasme aux mille connexions.

Le jardin d’Éros : Que dirais-tu à un couple qui n’ose pas encore se lancer des aventures candaulistes ? Tu donnes des conseils dans ton livre, pourrais-tu nous en donner quelques-uns ici ? As-tu des mises en garde particulières pour un couple novice ?

Ève : Le candaulisme est une pratique qui sort de la norme acceptée socialement : la monogamie. C’est important d’en prendre conscience. C’est également un premier pas que de verbaliser ses envies en matière de projet de vie, autant que de sexualité. Et d’écouter de façon active l’autre. C’est à dire, sans chercher à convaincre, sans le ou la juger, sans lui couper la parole, sans penser à un contre argument pendant que l’on écoute. Juste écouter. Constater d’où vous partez, où vous avez envie d’aller ensemble. On peut commencer par se murmurer des petites histoires érotiques. C’est un super bon début pour devenir complices.

Le jardin d’Éros : Donner envie et attiser le désir, nous sommes sûrs que tu es très douée pour ça 😉
Peux-tu en quelques mots seulement teaser nos lecteurs et leur donner envie de lire ton livre ?

Ève : Ce livre est un guide pratique qui se lit super vite et ne coûte que 9€ (ce qui a fait le succès de la collection Osez). Je suis très contente de l’avoir écrit parce que les couples experts du candaulisme s’y retrouvent, les couples non libertins s’y retrouvent (parce que j’aborde la question de la jalousie et de l’infidélité en général), les célibataires relisent le livre plusieurs fois, parce que c’est une mine de fantasmes. Je vous souhaite à toutes et tous de belles lectures indécentes.

Encore merci à Ève de nous avoir accordé son interview.

Pour acheter ou télécharger le livre en ligne, c’est par ici 
Lien vers le blog d’Ève de Candaulie ici
Lien vers la collection « Osez » des Editions Le Musardine ici

 

 

 

2 Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.